Skip to main content
Featured Video Play Icon

Bertrand du Guesclin : l’extraordinaire carrière militaire

Il commence à signaler sa bravoure dans les guerres que se livrent Charles de Blois et les comtes de Montfort, Jean II et son fils Jean III, pour l’héritage du duché de Bretagne. Il se fait remarquer aussi dès le début de la guerre de Cent Ans, notamment en 1354 en prenant par ruse le château de Grand-Fougeray et en 1357 en participant à la défense de Rennes assiégée par Henry de Grosmont, duc de Lancastre. Guesclin ayant gagné le respect de la noblesse à la pointe de son épée, le chevalier Alacres de Marès12, dépendant du bailliage de Caux, l’adoube chevalier au château de Montmuran dans les Iffs en 135413 (il prend alors pour devise « Le courage donne ce que la beauté refuse »11) et le nomme capitaine de Pontorson et du Mont Saint-Michel sur recommandation de Pierre de Villiers. Il promet qu’il ne trouveroit jamais occasion qu’il ne chargeast les Anglois quelque part qu’il les renconstrat.

Soutenant Charles de Blois, époux de Jeanne de Penthièvre, prétendante à la couronne ducale, c’est en guerroyant plusieurs années dans la forêt de Paimpont et ses alentours qu’il devient celui que les Anglais vont craindre : Le Dogue noir de Brocéliande.

En 1360, il est lieutenant de Normandie, d’Anjou et du Maine puis, en 1364, capitaine général pour les pays entre Seine et Loire et chambellan de France.

Alerté par Guillaume de Craon, seigneur de Sablé, qu’une troupe anglaise dirigée par Hugues de Calveley se dirige vers Juigné-sur-Sarthe en janvier 1361, ce dernier se propose de se joindre à lui pour les attaquer. Du Guesclin se retrouve isolé et est fait prisonnier. Il retrouve sa liberté après le paiement d’une rançon de 30 000 écus. Hugues de Calveley deviendra par la suite l’un de ses lieutenants en Espagne.

Du Guesclin s’illustre en 1364 lors des prises de Rolleboise, de Mantes et de Meulan et célèbre l’avènement de Charles V en avril 1364, en remportant la bataille de Cocherel contre l’armée du roi de Navarre. Il prend ensuite Valognes où son fidèle Guillaume Boitel, qui commande l’avant-garde, joue le rôle déterminant. Il reçoit le comté de Longueville en Normandie.

La bataille d’Auray, d’après la Chronique de Bertrand Du Guesclin par Cuvelier
Après ces victoires, il vole de nouveau au secours de Charles de Blois en Bretagne ; mais, en septembre 1364, à la bataille d’Auray, malgré tous ses efforts, son parti est battu : il est fait prisonnier par John Chandos, chef de l’armée anglaise. Sa rançon est de 100 000 livres. Le roi de France paie 40 000 livres, Guy XII de Laval répond du reste

Vous pensez être incollable sur le patrimoine de France ? Testez-vous !
Répondez aux 15 questions et découvrez votre classement
Nous non plus nous n'aimons pas les spams. 100% sans spam !