Skip to main content
Featured Video Play Icon

Grand. Cette minuscule commune des Vosges

Grand. Cette minuscule commune des Vosges, plantée entre Meuse, Meurthe-et-Moselle et Haute-Marne, est une authentique énigme.

Cette cité gallo-romaine, immense au regard du petit village actuel qui compte 500 âmes, s’est développée avec l’arrivée des Romains autour de monuments prestigieux, monuments dont l’ampleur ne cesse encore d’étonner ceux qui en foulent son sol.

Grand, est une cité mystérieuse en bien des points. Un plateau où ne coule aucune rivière mais d’où l’eau surgit et circule dans de ténébreux souterrains batis par l’homme, un immense et magnifique amphithéâtre parmi les 10 plus grands de l’empire gallo-romain, une mosaïque de plus de deux cents mètres carrés qui est aujourd’hui répertoriée comme la plus grande mosaïque d’Europe, des tablettes astrologiques d’origine égyptienne qui entretiennent toujours leur mystère, des centaines de précieuses sculptures…

collection : Pourquoi chercher plus loin, France 3 Nord-Est

Au temps de l’Empire romain, Grand était une importante cité religieuse, peuplée à l’époque d’environ 20 000 habitants. Elle disposait d’un amphithéâtre de 17 000 places, d’une basilique avec une mosaïque restée sur son emplacement d’origine, une des plus étendue et coloriée d’Europe occidentale, et probablement d’un temple très important dédié au dieu Apollon, établi sur une source gauloise. Grand a reçu la visite de plusieurs empereurs romains, puis la cité est tombée dans l’oubli au cours du Moyen Âge. Sa situation à l’écart des routes commerciales, sur un plateau calcaire isolé, explique que sa population soit tombée à environ 400 habitants. Ses importants vestiges archéologiques font l’objet d’études dans le cadre du Site archéologique de Grand.
Le nom antique de Grand serait Andesina selon la « Table de Peutinger », carte routière de l’époque romaine recopiée au Moyen Âge.
Les nombreux témoignages de la présence romaine dans les villages environnants ne font que confirmer la situation de ce centre gallo-romain au croisement de voies terrestres militaires et commerciales : Liffol-le-Grand, Soulosse-sous-Saint-Élophe, Naix-aux-Forges…

Il a en effet pris une importance notable comme en attestent les vestiges d’aménagement hydraulique et de lieux de spectacles, sans commune mesure avec la localité à l’époque contemporaine. Longtemps considéré par les archéologues et les historiens comme étant une ville-sanctuaire, dédiée au dieu Apollon et à son homologue Grannus, le temple en question n’a pourtant pas été retrouvé (il se trouverait en dessous de l’église actuelle). On considère toutefois la cité antique comme une agglomération secondaire, comprenant environ 20 000 habitants.
Andesina se trouvait sur le territoire des Leuques et ce plateau sans rivière était alimenté en eau par des aqueducs souterrains4,5.

Quelques périodes ou dates religieuses sont proposées :
80 : Construction de l’amphithéâtre débutant sous le règne de l’empereur Titus
213 : Hypothèse (infirmée par les historiens actuels) du passage de Caracalla à Grand ;
310 : Visite de l’empereur Constantin Ier au sanctuaire de Grand, rapportée par le panégyrique de 3106.
Octobre 362 : Selon une tradition médiévale, persécution légendaire sous le règne de l’empereur Julien de sainte Libaire et de ses frères (Euchaire et Élophe) et sœurs (Menne, Suzanne, Ode, Gontrude) . Ce massacre inclurait plus de deux mille victimes.
1789 : Colmatage de la source miraculeuse de sainte Libaire

Découvrez la région en cliquant ici

Vous pensez être incollable sur le patrimoine de France ? Testez-vous !
Répondez aux 15 questions et découvrez votre classement
Nous non plus nous n'aimons pas les spams. 100% sans spam !