Skip to main content
Featured Video Play Icon

L’Île de Nantes : un patrimoine industriel réhabilité

Pour faire de la culture dans des friches industrielles, il faut des industries et l’île de Nantes n’en manquait pas, à une encablure du centre ville, des hangars, des voies ferrées, des pierres, les chantiers navals. 1987, le dernier bateau construit à Nantes est mis à l’eau, quelques mètres plus loin sur les quais, le hangar à bananes sommeille lui aussi depuis longtemps. Dans les années 2000, l’équipe municipale s’attache à réhabiliter ces entrepôts qui ont perdu leurs fruits. Les bateaux arrivaient, le long du quai, et puis des espèces de tapis roulants qui allaient chercher les bananes au fond des bateaux et qui les ramenaient dans ce hangar et elles étaient stockées là. Le hangar qui accueillaient des bananes accueille depuis un centre d’art contemporain et des cafés concerts.

Le hangar se situe sur le bord de Loire à l’ouest de l’île de Nantes, entre le quai des Antilles et le boulevard des Antilles. Le commerce de la banane a connu un essor après la Première Guerre mondiale. Ce développement a permis à Nantes de prospérer car ce fut l’un des principaux ports français pour l’importation des produits provenant des colonies. En 1929-1930, un hangar spécialement destiné au stockage de ce fruit est construit mais les premiers régimes arrivent néanmoins des îles Canaries.

Vous pensez être incollable sur le patrimoine de France ? Testez-vous !
Répondez aux 15 questions et découvrez votre classement
Nous non plus nous n'aimons pas les spams. 100% sans spam !