Skip to main content
Featured Video Play Icon

Le Lycée Bellevue du Mans nous ouvre ses portes

C’est l’évêque Domnole qui, vers 572, fonde l’Abbaye Saint-Vincent, qui est l’une des plus grandes abbayes bénédictines françaises. Jusqu’au XVIIIe siècle, l’abbaye subit plusieurs constructions et reconstructions, inaugurant ainsi un lent processus de métamorphose qui modela l’architecture des lieux au fil des siècles. Durant de nombreuses années, l’abbaye eut une des bibliothèques les plus fournies d’Europe, ce qui en fit un véritable centre culturel. En 1789, le bâtiment n’héberge plus que 16 moines. À la suite de la Révolution, Saint-Vincent devient bien national et est transformé en caserne en 1791. En 1906, à la suite de la séparation de l’Église et de l’État, le bâtiment devient un asile pour vieillards, et abrite en même temps les archives départementales jusqu’en 1937. En 1954, l’Abbaye devient internat pour les jeunes filles étudiant au Lycée Berthelot (aujourd’hui Collège Berthelot). Les étages sont alors aménagés pour elles, les salles en dortoirs, en réfectoire et en salle d’études. À 15 minutes du Lycée de Jeunes filles, l’internat est beaucoup trop loin, obligeant alors les internes à s’organiser pour arriver à l’heure au lycée. Alors vient la décision d’émigrer le lycée à l’internat, et de faire de l’établissement de la rue Berthelot un collège. La sectorisation étant florissante à cette époque, il fallait trouver un moyen de scolariser tous les élèves du centre-ville. C’est alors que la décision est prise en 1965. La même année, une annexe moderne, communément baptisée Externat par les enseignants, les élèves et le personnel du nouveau lycée, ainsi que ses installations sportives (gymnase et piscine), sont construites au nord-est de l’Abbaye, de l’autre côté de la rue dite « de Bellevue », laquelle abrite un souterrain reliant les parties ancienne et moderne de l’établissement. L’Abbaye est alors partiellement rénovée, pour accueillir un réfectoire et quelque dix-sept salles de classes. Il existe alors 3 lycées au Mans, mais un est en trop. Les Internes de Berthelot sont alors automatiquement inscrites au lycée dit « Bellevue ». Le Lycée de jeunes filles devient alors mixte, et se renomme Lycée Berthelot en 1972. Cependant, cette dénomination sera de courte durée car en 1972-1973, le lycée deviendra officiellement Collège BERTHELOT. Bellevue devient un lycée mixte aussi à cette époque, tout comme Montesquieu, à 200 mètres. Il faut attendre les années 1990 pour que l’Abbaye soit l’objet d’une complète rénovation. Celle-ci permit l’ouverture de dix-sept classes, la restructuration de l’internat et la modernisation du service de restauration. Depuis les années 1980, le Lycée Bellevue a une réputation de lycée littéraire et artistique, comprenant de nombreuses classes littéraires, et peu de classes scientifiques, au contraire du lycée Montesquieu qui comprend quelque deux classes littéraires par an, et plusieurs classes scientifiques. Cependant, Bellevue perd sa réputation de « littéraire et artistique », et Montesquieu de « scientifique » depuis les années 2005, les effectifs dans ces sections étant approximativement les mêmes.

Vous pensez être incollable sur le patrimoine de France ? Testez-vous !
Répondez aux 15 questions et découvrez votre classement
Nous non plus nous n'aimons pas les spams. 100% sans spam !